• Réponse du proviseur à la lettre ouverte du collectif Jeunes du 91 contre la loi du travail

     

    A Longjumeau, le samedi 23 avril 2016

     

    Le Proviseur

    A

    Les jeunes du 91 contre la loi du travail 

     

     

    Madame, Monsieur, Chers jeunes du 91 contre la loi du travail,

     

    En réponse à votre lettre ouverte à mon intention, datée du 14 avril 2016, publiée sur votre page Facebook, je tiens en effet à préciser et confirmer que mon précédent communiqué s’adressait à l’ensemble du collectif des organisations de jeunesse essonnienne, MJS-MJCF-UNL-UNEF et SGL.

    Je prends acte que vous puissiez avoir été mal informés ou mal orientés sur les demandes d’assemblée générales de mes élèves auprès de mon secrétariat, provoquant ainsi quelques inexactitudes dans votre premier communiqué. Je tiens aussi à clôturer ce débat (qui n’en est pas un), en acceptant comme des excuses ce constat de votre part et ne mets pas en doute votre intégrité, et je suis certain que votre démarche n’a pas pour vocation de porter préjudice à quiconque, mais uniquement pour défendre uniquement les droits de tous les lycéens, tous les jeunes, votre communiqué était donc erroné et en aucun cas diffamatoire.

    Je vous remercie aussi pour la reconnaissance de mon engagement sans faille auprès de tous mes lycéens, pour leur réussite et leur avenir.

     

    Je suis, comme vous, ouvert au dialogue, car nous avons le même centre d’intérêt : l’avenir des jeunes. Comme vous, je suis un homme de terrain, un proviseur visible, humain, proche de ses élèves, à leur écoute, pour les aider, les conseiller, garantir tous leurs droits mais dans un cadre légal. Je comprends votre réaction face à ma décision de convoquer le conseil de discipline pour les deux élèves auteurs de la page Facebook, appelant à un blocus. Vous êtes tout à fait dans votre rôle quand vous demandez l’annulation de ces conseils de discipline, comme je suis tout à fait dans ma fonction quand j’ai décidé de les convoquer.

     

    Faire un blocus est acte illégal peut entraîner des troubles à l’ordre public, mettre en danger la sécurité de tous les usagers et c’est une action anti-démocratique qui se caractérise par l’emploi de la contrainte (forme de violence), envers les élèves qui devraient rester libres de ne pas vouloir participer à un mouvement et sont de ce fait empêchés de force d’aller en cours, et je lutte contre toutes les formes de violence scolaire. Je ne remets pas en cause la liberté d’expression et de manifestation des élèves pour exprimer leurs inquiétudes sur leur avenir mais leur action doit respecter la loi. Tous mes élèves savent qu’ils peuvent compter sur mon engagement, mon dévouement pour les aider à s’épanouir et réussir, avec un respect et une confiance mutuels que nous avons instauré ensemble au sein de l’établissement.

     

    Le conseil de discipline n’a pas pour but de pénaliser la poursuite d’études de l’élève, ni pour l’empêcher de s’engager dans une action citoyenne, bien au contraire,  il est réuni dans ce cas présent pour que l’élève prenne conscience des faits, la mise en danger tous les usagers et les biens de l’établissement, et a pour vocation de le mettre face à ses actes, face à autrui, face à lui-même, face à toute la communauté éducative et l’inciter ainsi à réfléchir sur ses actes et ses conséquences. Ce n’est pas une répression des initiatives lycéennes mais davantage une éducation à la citoyenneté.

    Certes, vous pouvez argumenter qu’il n’a pas lieu de siéger puisqu’il n’y a pas eu de blocus, pour la simple et bonne raison que j’ai pu anticiper pour l’en empêcher et assurer ainsi la sécurité de tous les membres et des biens de la communauté éducative du lycée Jacques Prévert de Longjumeau, dans un contexte où la semaine précédente, il y a eu des débordements dans des lycées parisiens et de la banlieue proche, avec en particulier l’incendie du lycée de Levallois-Perret et des chefs d’établissement qui ont été agressés, sans oublier des élèves aussi. Ces débordements discréditent l’ensemble du mouvement des jeunes contre la loi du travail.

     

    Je suis ouvert au dialogue et si vous le souhaitez, je vous invite à venir me rencontrer au lycée, pour échanger davantage sur ce sujet. Je vous remercie de prendre rendez-vous auprès de mon secrétariat, à partir du lundi 2 mai.

     

    Soyez assurés de tout mon dévouement pour la réussite de tous les lycéens.

     

    Bien cordialement

     

    Le Proviseur

     

    Dominique NGUYEN DUC LONG

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :